Lettre olympique aux amitiés / Carta olímpica a las amistades

Publié le par Boris Leonardo


 

Chères amies et chers amis,

Aujourd'hui commencent les Jeux Olympiques à Pékin. Une vingtaine de jours où la paix et l'amitié entre les êtres humains doivent régner. La gloire olympique est un des plus anciens et beaux idéals de l'humanité. Être à Pékin c'est déjà demeurer dans l'éternité.  

Je sais que plusieurs parmi vous n'aiment pas du tout le gouvernement chinois. Je vous comprends. Pourtant, ces journées de joie universelle n'ont rien à voir avec les idéologies.

Je vous prie, donc, de vous imprégner de l'esprit sportif; de penser au peuple chinois, qui a tant travaillé pour accueillir cet évènement; de souhaiter bonne chance aux sportifs,  Français, Cubains, ou de l'autre bout de la planète…

Si cela ne vous suffit pas, je vous prie alors de penser à mon frère –que vous avez déjà connu sur mon blog—qui a travaillé comme un cheval sur place pour que la délégation cubaine ait du succès. Il mérite aussi cette réussite.

Les grecs arrêtaient leurs guerres pendant les olympiades. Faisons la trêve, oublions durant ces journées nos différences, laissons resplendir la flamme rallumée par Pierre de Coubertin en 1896.

Je vous embrasse.

Boris Leonardo

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------

Queridos amigos, queridas amigas,

Hoy comienzan los Juegos Olímpicos en Beijing. Una veintena de días en los cuales la paz y la amistad entre los seres humanos deben primar. La gloria olímpica es uno de los más antiguos y bellos ideales de la humanidad. Estar en Beijing es ya conquistar la eternidad.

Yo sé que a algunos de ustedes no les agrada el gobierno chino. Puedo entenderlos. Sin embargo, estas jornadas de júbilo universal no tienen esencialmente nada que ver con las ideologías.

Les ruego, entonces, que se sumerjan en el espíritu deportivo; que piensen en el pueblo chino, cuya labor para acoger este evento ha sido gigantesca; que les deseen buena suerte a todos los atletas, sean franceses, cubanos o de cualquier lugar del planeta.

Si estas razones no resultan suficientes, les pido entonces que piensen en mi hermano --a quienes ya conocen por este blog-- que se ha esforzado muchísimo por que la delegación cubana obtenga un gran éxito. Él merece también este triunfo.

Los griegos detenían sus guerras durante las olimpiadas. Hagamos nosotros la tregua, olvidemos en estas jornadas nuestras diferencias, dejemos resplandecer la llama que nos devolvió Pierre de Coubertin en 1896.

Un beso enorme para todos y todas.

Boris Leonardo

Publié dans Francophonie

Commenter cet article

Stephane 16/08/2008 22:27

Je suis de ton avis Boris ! La politique n'a rien à faire avec les jeux olympiques, fête du sport et de la réunion amicale des peuples ! Que la politique ôte son masque d'hypocrisie et qu'elle n'attende pas les JO pour découvrir que le Tibet est opprimé !!!

petitlouis 08/08/2008 20:12

Ahhh si les jeux étaient des jeux et non du business et un écran de fumée pour cacher les vrais problèmes et anesthésier les peuples ...Je souhaite plein de succès aux merveilleux athlètes cubains (une médaille en boxe notamment ...) !

Boris Leonardo 09/08/2008 03:28


Les Jeux sont un reflet du monde où ils se passent. Merci de la part des Cubains.


Virginia 08/08/2008 11:43

Je n'aimerais pas être à la place des jeunes chinois qui font la cérémonie d'ouverture ... avec la pression qu'ils ont ...

Boris Leonardo 09/08/2008 03:32


Ils sont fiers d'être là. Tu en peux être sûr.